Pierre Le March (1888-1915)

Pierre Marie Le March naît le 4 janvier 1888 à Kerestou, Quéménéven. Il est le fils de Jean, cultivateur et de Marie Jeanne Le Gars.

Avant la guerre

Cheveux châtains, yeux bleus, il mesure 1,67m et ne sait ni lire ni écrire.

Incorporé au 106e régiment d’infanterie de Châlons-sur-Marne le 6 octobre 1909, il y effectue son service militaire jusqu’au 24 septembre 1911 (matricule 383 au recrutement de Brest-Châteaulin).

En novembre 1911, il habite Villejuif (Seine, actuel Val-de-Marne) puis déménage à St-Maurice, dans le même département, en octobre 1912, probablement après son mariage. En effet, le 5 octobre 1912 il y a épousé Marie Anne Le Berre.

Pendant la guerre

Il est mobilisé le 5 août 1914 au 118e régiment d’infanterie de Quimper.

Pierre Le Marc’h disparaît au combat à l’assaut de Tahure, le 26 septembre 1915.

Circonstances de son décès

L’offensive est déclenchée le 25 septembre 1915. La 22e division d’infanterie a pour objectif la butte de Tahure, dans la Marne. Dans tous les secteurs de l’offensive, les Français butent sur la seconde ligne allemande, à contre-pente, protégée par de solides réseaux de barbelés qui, invisibles, n’ont pas été détruits par l’artillerie.

Malgré plusieurs assauts épuisants et meurtriers entre le 26 et le 29 septembre, le front ne bouge que de quelques centaines de mètres. Les positions allemandes aménagées en fortin sont imprenables.

Pierre Le Marc’h disparaît le 26 septembre.

Pour plus de détail voir l’article sur La seconde bataille de Champagne

Après son décès

Le général commandant la 43e brigade «a également signalé à la Division combien mal fonctionnait le service d’inhumation des morts laissés sur le champ de bataille depuis le 25 septembre ».

Le corps de Pierre Le Marc’h ne sera pas retrouvé.

Son décès est retranscrit le 24 janvier 1921 à la mairie de Saint-Maurice, Seine (actuel Val-de-Marne).

Sources

Registres d’état-civil de Quéménéven

Fiche matricule, AD du Finistère (1R-1398 – 1908)

Site Mémoire des Hommes : Sa fiche sur la base des Morts pour la France, Historique du 118e RI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *